Nath’s tip
Le coût d’une photo
partie 6
Nathalie, Photographe
Que peut vous offrir de plus un photographe professionnel qu’un photographe amateur ? C’est ce que nous allons voir dans cet article, dont le premier paragraphe est consacré à l’aspect très ennuyant : le statut professionnel. Néanmoins, ce statut vous garantit une certaine qualité de prestation, parce que celui qui y souscrit est soumis à des obligations de fournisseur envers son client.
Le photographe professionnel est là au bon moment, il aura choisi le meilleur endroit, la meilleure luminosité (ici, le Touquet à 7 h du matin)
Photographie par Jeroen
“Un photographe ne peut pas travailler sans statut professionnel : salarié ou indépendant.”
Comme on l’a vu dans un article précédent, le photographe doit disposer d’un statut professionnel pour pouvoir travailler. En Belgique, il existe deux statuts : salarié ou indépendant. En tant que salarié, on travaille pour un employeur et on réalise des photos pour lui (ou pour un de ses clients, au nom de l’employeur). En tant qu’indépendant, on travaille pour soi. On peut être indépendant fulltime ou complémentaire. Dans ce cas, on a un travail salarié, pas nécessairement dans le même domaine, d’au moins à 50 % d’un temps plein, et on exerce son activité complémentaire le reste du temps. Quand on décide de devenir indépendant, on doit répondre à un certain nombre de conditions légales et administratives, dont disposer d’un numéro d’entreprise/TVA et fournir des diplômes qui attestent que vous avez la capacité d’effectuer certaines tâches dans le travail pour lequel vous êtes indépendant. La profession de photographe n’est plus reconnue depuis 2008. Ce qui signifie que vous n’avez pas nécessairement besoin d’un titre provenant d’une école officielle de photographie pour exercer cette profession (qui était néanmoins une sorte de garantie de bonnes pratiques), mais qui n’évite pas que vous disposiez de certains autres titres, comme par exemple la gestion, pour toutes les opérations comptables et transactions financières. Car vous devrez rendre des comptes aux administrations de la TVA et des finances, entre autres. En tant que client qui s’adresse à un photographe, si celui-ci ne peut pas vous fournir de facture (ou de preuve de paiement), c’est peut-être qu’il n’est pas en ordre au point de vue administratif et ça peut poser certains problèmes à un moment ou à un autre. Les clients qui s’adressent aux photographes pour des photos à usage privé (photos de famille, photos de grossesse ou de nouveau-né, mariages…) n’ont pas nécessairement besoin d’une facture. Je leur conseille cependant de s’assurer que la personne avec qui ils travaillent et qu’ils rémunèrent dispose bien d’un numéro d’entreprise. C’est une garantie qu’elle travaille dans la légalité. Si jamais le photographe n’a pas de numéro d’entreprise, peut-être de manière transitoire a-t-il recours aux services d’entreprises telles que smartbe, qui permet à des personnes qui n’ont pas encore assez de clients ou les titres suffisants pour être indépendant, de travailler occasionnellement. Ils sont alors salariés de smartbe pour la mission qu’ils vont effectuer pour vous. On est donc bien dans la légalité aussi dans ce cas de figure. Mais on a peut-être moins de garantie sur les compétences (ou pas).
 
A 3500 mètres d’altitude, on doit parfois franchir ses propres limites pour LA photo, et pas question d’y renoncer quand c’est dans le cadre d’un reportage commandité
Photographie par Jeroen

Voilà, le volet très ennuyant est terminé, nous allons passer au volet plus qualitatif. Que vous propose de plus un photographe professionnel qu’un photographe amateur ? J’évoquerai ici le photographe fulltime.
En théorie, il a été formé aux bonnes pratiques de la photographie (de manière officielle ou non officielle), il travaille aussi avec des outils haut de gamme qui lui permettent de résoudre de nombreux problèmes qui se présentent en photo (même si ce n’est pas toujours l’appareil qui fait le photographe, pour le pro, c’est quand même un passage obligé). Comme il travaille quotidiennement en photo, son expérience est plus grande que le photographe amateur (c’est logique, il a plus de temps à y consacrer, puisque c’est son métier). Il continue de se former régulièrement, car la photographie est un métier en constante évolution. Comme il travaille sous contrat avec ses clients, ses services et ses tarifications sont transparents et il vous garantit sa prestation : il ne peut pas annuler à la dernière minute, il a des délais (les vôtres) à respecter, il effectuera son travail en fonction des souhaits que vous lui aurez communiqués. C’est une grande différence entre l’amateur et le professionnel : l’amateur pratique la photo par passion, en hobby, il privilégiera donc sa satisfaction personnelle avant celle de son modèle, alors que le photographe professionnel travaille pour des clients, en y impliquant sa personnalité, mais toujours en privilégiant la satisfaction de son client. Pour vous, comme pour lui, il met tout en oeuvre pour atteindre le résultat fixé au départ (de commun accord avec vous ou sans vous, si vous lui laissez l’entièreté de la liberté créative).

Petite parenthèse en parlant de matériel, comme le pro a une obligation de résultat, il n’est pas question qu’il revienne bredouille de son reportage parce qu’un de ses composants matériels l’a lâché en cours de route. Le pro se doit donc de prévoir du matériel de réserve : il a par conséquent au moins deux boîtiers, des batteries de secours et des cartes mémoires en suffisance
(c’est le minimum).

En outre, il a accès à des produits supplémentaires que n’a pas le photographe amateur, comme les albums photo moyen et haut de gamme. Des firmes comme Graphistudio et Floricolor ne travaillent qu’avec des professionnels. En ce qui concerne le style de photos, là, ça reste très subjectif et il faut bien se dire que certains pros auront des styles qui ne vous conviendront pas alors que des amateurs auront ce style qui vous séduira. Voilà pourquoi le premier critère pour choisir un photographe est son style de travail et ses compétences dans tel ou tel domaine. Ce travail doit être visible sur un portfolio, que ce soit sur les réseaux sociaux ou sur son site web. Un photographe qui n’a pas de photos à montrer, comment dire… c’est mauvais signe.

Le plus gros reproche à l’encontre des professionnels est, bien évidemment, la rémunération qu’ils demandent pour leur travail. Parce qu’on se dit que la photo ne coûte rien grâce au numérique et que le photographe, comme il a fait de sa passion son métier et qu’il prend plaisir à l’exercer, ne devrait pas nécessairement recevoir une compensation financière. Je vous invite à réfléchir cependant d’une part à la valeur que vous accordez à un souvenir qui restera inoubliable parce que le photographe aura pu le capter, par sa maîtrise, par son expérience et par sa créativité (ce qu’un amateur pourrait réaliser aussi, sauf que lui, ne l’oubliez pas, n’a pas d’obligation contractuelle de résultat). C’est d’autant plus vrai pour la photo de reportage, car le photographe est présent pour capturer les émotions du moment. Et, d’autre part, eu égard à tout ce que nous avons évoqué lors des articles précédents (matériel de prise de vue, matériel de post-production, accessoires de prise de vue, accessoires pour la mise en scène) de vous rendre compte que pratiquer la photo a un coût. Et que ce coût est relatif à la qualité qu’on veut apporter à cette photo : il y a la mise en oeuvre du matériel adéquat et sa maîtrise, la créativité que le photographe développe, ce qu’il va encore apporter comme valeur ajoutée quand il va travailler la photo après la prise de vue. Alors que le photographe amateur fait le choix (ou pas) de supporter personnellement ses propres coûts quand il pratique son hobby (et qu’il met généreusement à disposition de tiers, puisqu’en théorie il ne peut pas être rémunéré, même via un défraiement de ses coûts), le photographe professionnel a, lui, fait le choix d’en faire son métier, ce qui signifie qu’il doit en vivre et s’attribuer ainsi une rémunération pour ce qu’il met au service de ses clients. Le prix qu’il demande pour son travail doit donc tenir compte des coûts qu’il met en oeuvre pour mener à bien la mission qui lui est confiée, mais aussi de sa rémunération, en englobant les taxes, les assurances et la prévision de la pérennité de son activité (puisqu’il a besoin de matériel pour travailler et que ce matériel s’use, parfois très rapidement). Le prix que le client paie pour une photo englobe tout ça et, en général, comme de nombreux pros ont commencé la photo parce que c’était une passion, ces derniers laissent parfois tomber un peu de leur rémunération pour réaliser ces challenges quotidiens que sont les photos de belle qualité dont on peut être fier. 

Dans le prochain article, je serai très concrète et j’aborderai les prix demandés par les photographes professionnels et ce qu’on peut en attendre.

Intéressé par des activités photo ?

Inscrivez-vous à la mailing liste pour être tenu au courant des activités du studio : journées expériences studio ou formations, promotions…

* obligatoire
/ ( mm / dd )
Intérêts pour l'activité photo

Vos données à caractère personnel sont traitées par Nathalie Hupin photos à des fins de gestion de la clientèle sur la base de la relation contractuelle à la suite de votre commande/achat, et à des fins de marketing direct (pour vous proposer de nouveaux produits ou services) sur la base de notre intérêt légitime à entreprendre. Si vous ne souhaitez pas que nous traitions vos données à des fins de marketing direct, il suffit de nous en informer via photo@photographicdesign.eu. Vous pouvez via cette adresse toujours demander quelles données nous traitons à votre sujet et les rectifier ou les faire supprimer ou transférer. Si vous n’êtes pas d’accord avec la façon dont nous traitons vos données, vous pouvez vous adresser à la Commission de la protection de la vie privée (Rue de la Presse 35 à 1000 Bruxelles). Vous trouverez un aperçu plus détaillé de notre politique en matière de traitement des données sur notre page respect de la vie privée.

Do NOT follow this link or you will be banned from the site!