Nath’s tip, technique photo

Qu’est-ce qu’une photo bien exposée ?

Nathalie, Photographe

Dans le quick tip d’hier, je vous proposais quelques critères qui pourraient définir ce qui serait considéré comme une “bonne” photo, bien que cette conception soit encore assez relative. Le premier critère technique était la qualité de l’exposition.

L’exposition, c’est quoi ?

Sans lumière, pas de photo. Le principe de la photo, c’est reproduire sur une surface plane définie par un cadre (c’est rectangulaire ou carré, donc deux dimensions) une scène en trois dimensions. Pour effectuer cette opération, la surface plane qui va accueillir le visuel sera photosensible. La surface photosensible, c’était la pellicule il y a une dizaine d’années et avant, qui était imprimée sur du papier (agrandie) et c’est désormais le capteur de votre appareil photo. Elle est photosensible, car elle réagit à la lumière. Plus il y aura de lumière, plus elle sera exposée, moins il y aura de lumière, moins elle sera exposée. En positif, plus la surface reçoit de lumière, plus elle fonce (un peu comme le bronzage) et en négatif, plus elle reçoit de lumière, plus elle est claire. Si la surface reçoit trop de lumière, elle est brûlée (surexposée), si elle n’en reçoit pas assez, elle est bouchée (sous-exposée). Trop surexposée, cela se traduira par une surface blanche sur l’image, trop sous-exposée se traduira par une surface noire, ces deux surfaces extrêmes ne disposant pas de détails.
L’exposition se traduit donc par la quantité de lumière que reçoit la surface photosensible. Une photo équilibrée, qu’on pourrait considérer comme “bonne” techniquement, consisterait en un visuel qui reproduit une large gamme d’indices de luminosité, sans aller dans les extrêmes. Cela signifie que chaque zone du visuel devrait comporter des détails pour que ce visuel soit considéré comme correct.

Pour la démonstration, cette photo a été traitée selon la technique du HDR. Le processus a été volontairement exagéré pour que vous perceviez bien toute la gamme de luminosité que peut présenter un fichier correctement exposé.

Photographie par Nathalie

Les limites de l’appareil photo

Il faut savoir qu’un appareil photo, aussi perfectionné soit-il, n’atteindra jamais les performances de l’oeil humain. Un capteur photo ne supporte pas les trop grands contrastes de lumière, il lui est impossible à partir de 2 ou 3 indices de luminosité d’écart d’effectuer ses réglages correctement. On a donc la possibilité de l’aider un peu dans le réglage des niveaux. J’ouvre une parenthèse : parfois les limites de l’appareil photo donnent de très beaux résultats qu’on n’a pas envie de corriger. Ce sont de heureux hasards. Je pense que ça doit faire partie de la démarche créative : pour moi, le principe de la photo, sa difficulté aussi, c’est de raconter une histoire en une seule image. La plus grand réussite, toujours de mon avis personnel, c’est de pouvoir combiner sur cette image la quasi-perfection technique à la transmission de l’émotion de cette histoire. C’est l’alliage des deux qui engendre la belle photo. L’un ne va pas sans l’autre. Même si parfois, on aime bien l’une ou l’autre photo pas bonne techniquement parce qu’il y a une émotion derrière. Celles-là sont des photos. Pas plus.

“Pas de zones bouchées, pas de zones brûlées”

Calculer l’exposition, c’est faire des choix

Grâce à sa cellule photosensible, votre fidèle appareil photo va calculer la luminosité de la scène qu’il va devoir enregistrer. A ce stade, si vous l’utilisez en mode automatique et selon le type de mesure de lumière que vous aurez choisi, il va calculer les paramètres qui lui semblent idéaux pour que votre image ne contienne pas de zones bouchées ou brûlées. Si tout était si simple… A ce stade, votre fidèle appareil ne tient pas compte du sujet que vous photographiez, ni de son mouvement. Il calcule une moyenne, qui correspond aux idéaux qui ont été paramétrés en usine. Vous connaissez le danger des moyennes : ce sont des moyennes. Si on ne tient pas compte d’un écart-type, on risque d’être fort déçu par le résultat décidé par la machine.
Dans cette photo de démonstration, l’écart-type est large, car la scène est très contrastée au point de vue de son éclairage. On doit alors effectuer un choix d’exposition : est-ce que j’expose pour le ciel ou pour le pont ? La prise de décision dépendra de ce qu’on veut faire passer comme message à travers sa photo. Si on veut illustrer la grandeur et la beauté des gros oeuvres romains, on exposera le pont, quitte à obtenir un ciel quasi blanc (photo 1). Si on veut illustrer la beauté de la région du Gard par exemple, on optera pour une photo plus graphique, avec un pont en silhouette pour avoir un ciel correctement exposé (photos 2 et 3). La grande photo illustre ce que l’appareil photo aurait pris comme décision pour moi : une moyenne !

Bien sûr, j’ai triché un peu en ajoutant une dimension supplémentaire pour le résultat final. J’ai utilisé la technique du HDR (High Dynamic Range), qui permet de tirer un meilleur parti de ce genre de situations extrêmes. Nous aurons l’opportunité d’en reparler lors d’un prochain article. Pour être brève, comme je ne peux pas disposer de toutes les informations de luminosité dans un même fichier à cause de trop grands écarts de luminosité que l’appareil photo ne peut pas compenser, je prends plusieurs clichés avec des expositions différentes, pour en retirer de chacun les informations que je souhaite. Par expérience, vous verrez qu’en photo, on est très souvent amené à prendre des décisions pour résoudre des problèmes et ces prises de décisions entraînent d’autres problèmes.
En conclusion et en théorie, ce que vous devez retenir, on considère qu’une photo est correctement exposée quand elle ne contient pas de zones bouchées (noires sans détail) ou brûlées (blanches sans détail). Et, bien sûr, tenir compte de cette théorie (ou pas) dépend de la démarche artistique et du message qu’on veut transmettre par sa photo. Mon conseil : quand on débute, on joue la sécurité des règles théoriques en essayant de les appliquer (ce qui peut être un défi en soi), pour pouvoir les contourner dans le prolongement de la démarche.

Photographe à Binche, Hainaut, Belgique