Paramètres d’exposition : ouverture du diaphragme

Nathalie Hupin

Photographe

L’objectif de ce programme de 10 leçons niveau débutant en photo, c’est d’augmenter son taux de réussite en oubliant peu à peu le mode automatique. Le fonctionnement de la photo, c’est somme toute assez simple : on dose la lumière qui va permette à la scène de laisser des traces sur la surface sensible de l’appareil photo (avant le numérique, la pellicule, désormais le capteur). Durant le premier module introductif, nous avons vu pourquoi on ne pouvait pas laisser son appareil photo en pilote automatique, sans lui donner d’intention. Après tout, ce n’est qu’une machine (très perfectionnée, certes) qui obéit aux commandes. Comme dans tous les domaines : mauvaise commande, mauvais résultat (en tout cas, pas celui qu’on voulait). La réussite est souvent due au hasard. Durant les trois prochaines leçons, nous allons voir comment nous pouvons indiquer une intention à notre appareil photo dans le dosage de la lumière.

formation en photographie hainaut wallonie
formation en photographie hainaut wallonie

La variation d’ouverture du diaphragme a plusieurs fonctions

L’image en haut à gauche représente un détail de la scène de la petite photo à droite. L’image ci-dessus représente un détail de la même scène à la plus grande ouverture de diaphragme. Que constatons-nous ? L’oiseau à l’arrière est flou. Contrairement aux photos du haut, sur lesquels il est net. Voilà la première conséquence de la modification de l’ouverture du diaphragme (mode A ou AV sur vos appareils photo). L’ouverture du diaphragme influence la profondeur de champ : plus l’ouverture est grande, plus la profondeur de champ sera réduite. Dans ce cas-ci, c’est un peu dommageable, car si je voulais vendre ces objets, il est nécessaire qu’ils soient nets tous les deux sur la photo. En fonction du résultat que vous souhaitez obtenir pour votre photo (son intention), il sera nécessaire de choisir l’ouverture de diaphragme qui déterminera la profondeur de champ appropriée au sujet.

Regardez les images défiler en commençant par la première. Qu’est-ce qui les distinguent les unes des autres ? Une ouverture de diaphragme supplémentaire (on est parti de l’ouverture la plus petite à l’ouverture la plus grande) sans modifier aucun autre paramètre de la prise de vue. Les images deviennent de plus en plus claires et démontrent ainsi la propriété principale de la modification de l’ouverture du diaphragme : l’apport de lumière. Dans ce cas-ci, s’il est trop ouvert, la photo est surexposée, voire “brûlée” pour les dernières (je vous renvoie à l’article sur les critères d’une bonne photo pour ce terme).
Cela signifie que l’ouverture du diaphragme permet de doser la lumière qui va parvenir au capteur.

Comme nous l’avons déjà évoqué, en photo, la problématique purement technique se résume souvent à un dosage judicieux d’apport de lumière, on en déduira que le choix de l’ouverture dépendra de la lumière disponible sur la scène. Oui, mais pas seulement. Parfois, on n’a pas assez de lumière disponible et on doit ouvrir un peu plus le diaphragme, au détriment de la profondeur de champ. Par exemple, pour la photo de l’exercice, je devais disposer de la profondeur de champ la plus étendue possible pour que les deux oiseaux soient nets. Qu’aurait probablement choisi mon appareil photo si je l’avais laissé en automatique ? Il aurait ouvert plus le diaphragme, car la lumière ambiante disponible était très faible pour obtenir le résultat voulu (un fonds blanc/clair avec des détails dans les oiseaux noirs). Et mon deuxième oiseau aurait perdu en netteté, ce que je ne voulais absolument pas. Dans ce cas-ci, je devais moi-même choisir mon ouverture de diaphragme. Si je ne choisis que ce paramètre-là, j’opte pour un mode semi-automatique de prise de vue : la priorité à l’ouverture (exprimée par A ou Av sur les appareils photo). C’est déjà un pas vers l’autonomie.

Modifier le diaphragme provoque deux réactions : augmenter ou diminuer l’apport de lumière (influence purement technique dans l’exposition) et augmenter ou diminuer la profondeur de champ (influence technique et émotionnelle dans la composition de la photo).

Nathalie

Vous êtes intéressé par tous ces concepts ? Pour en connaître plus sur la photo et augmenter votre taux de réussite, rejoignez nos formations ou tenez-vous au courant via la newsletter via les liens ci-dessous.

Vous souhaitez être tenu au courant des prochaines formations ?
Abonnez-vous à notre mailingliste.

Retrouvez le programme de formation
des cours débutants

Photographe à Binche, Hainaut, Belgique