Journal de bord

Divoc, 8 mai 2020

Nathalie, Photographe

Pour cette plante, même avec Plant net, je n’arrive pas bien à distinguer si c’est le géranium pourpre ou l’herbe de Robert. Comme les étamines de la fleur ont tendance à être jaunes, je pencherais plutôt pour le géranium pourpre. Mais je n’en suis pas certaine.

Le géranium pourpre est une plante non comestible. Mais elle peut-être utilisée en partie comme le géranium Robert.

Photographie par Nathalie

“Uniquement en compresse pour geranium pupureum”

Geranium purpureum est une plante annuelle de la famille des Géraniacées (Geraniaceae) aux feuilles opposées ou en rosette, de forme composée, découpée. Les fleurs sont en panicule ou solitaires, de couleur rose. Elle fleurit d’avril à mai. Elle est non comestible. Elle nettoierait les petites plaies, appliquée en compresse (200 – 300 g dans 1 litre d’eau). Par contre, l’herbe à Robert est en partie comestible (on peut le prendre en infusion et en gargarisme pour soulager les maux de bouche, gorge, petites plaies et diarrhée).

J’ai souvent arraché ces herbes que je prenais pour “mauvaises”. J’étais pourtant séduite par leurs effluves citronnées quand elles étaient dans mes mains. Elles sont néanmoins assez utiles pour repousser certains insectes qui nous agacent. Mais il faut bien reconnaître qu’elles peuvent se montrer très envahissantes envers les autres végétaux.

Le saviez-vous ? On raconte que les sorcières plantaient jadis l’Herbe à Robert devant leur maison pour être averties de l’arrivée d’un visiteur, les fleurs se tournant en direction de l’intrus. Aujourd’hui, on plante parfois la Sauvage devant les fenêtres : son odeur repousserait les moustiques. On peut obtenir le même effet en frottant ses feuilles sur sa peau… Mais rien ne vaut la bonne vieille citronnelle ! (source : sauvagesdupoitou.com)

Retrouvez ici toutes les parutions de Divoc
Do NOT follow this link or you will be banned from the site!